Quelques aspects pratiques de Windows 7

Retour à la page Systèmes

Motivation

Windows 7 arrive en fin de vie (du moins dans les intentions de Microsoft) mais il reste très présent au boulot (sans compter les PCs de l'entourage), ce qui justifie de mettre à jour les astuces apprises pour Windows XP.

Problèmes et Solutions

Comment voir ce qui se passe dans mon système? (12/08/2016)

Les bidouilleurs sérieux constatent vite que les utilitaires par défaut sont à la fois confus et insuffisants: heureusement Microsoft diffuse la précieuse suite d'utilitaires SysInternals:

  • Process Explorer est très supérieur au gestionnaire de tâches par défaut.
  • Autoruns semble le meilleur moyen d'explorer les programmes du démarrage
  • La suite comporte de multiples autres programmes: sécurité, réseau, fichiers, etc; lire leurs rubriques d'aide instruit aussi grandement sur le fonctionnement général du système.

Plantage sur un clic droit (12/8/2016)

De nombreux programmes ajoutent des options au fameux menu contextuel lié au "clic droit". Or certaines de ces extensions, si elles sont défectueuses, font carrément planter ce menu voire la machine.

Heureusement un développeur attentionné a concocté un utilitaire pour dire quelles sont les extensions installées (en surlignant d'un rose délicat celles qui ne viennent pas de Microsoft), et les désactiver au besoin: c'est "ShellExView et il est téléchargeable ici.

Un cas détaillé est dans le paragraphe "Method 2" sur ce site ou bien lire cette page. Le paragraphe "Method1" et cette page en français décrivent aussi la façon plus risquée: se passer de cet utilitaire en tripotant les clefs de registre.

Outils quotidiens

  • Beyond Compare: mon comparateur de fichiers préféré. La durée d'évaluation gratuite (30 j d'utilisation réelle) est déjà généreuse, et la licence est à un prix extrêmement raisonnable.
  • 7zip: outil d'archivage, compression, décompression, très commode et gratuit
  • Virtual CD Rom: cet antique utilitaire Microsoft n'est plus téléchargeable chez eux, mais une copie est sur MajorGeeks.com; Il peut être aussi commode de juste utiliser 7zip pour extraire les fichiers d'une image ISO.

Nettoyer le système

Gare aux faux nettoyeurs

Au risque de me répéter, le nettoyage de registre est devenu plutôt cosmétique, depuis Windows XP:

  • la base est désormais gérée efficacement
  • ce n'est pas la suppression de quelques dizaines de clefs orphelines (sur des dizaines de milliers) qui va accélérer quoi que ce soit

Quant aux fichiers temporaires, Windows aurait déjà la commande Démarrer -> cleanmgr (selon makelal.com)

Un éclairage sur l'économie liée aux faux utilitaires est encore sur makelal.com

Nettoyage efficace

Pour se débarrasses des programmes publicitaires qui infestent parfois le PC:

  • AdwCleaner Scanner ... Nettoyer .... Redémarrer et la plupart des malwares, adwares, etc. seront virés. Résultats spectaculaires observés sur les performances des PCs de la famille et des amis.
  • MalwareBytes : un classique, qui a d'ailleurs acquis AdwCleaner et qui peut réussir là où AdwCleaner a échoué
  • La règle d'or «Mieux vaut prévenir que guérir» s'applique aussi pour éviter les Adwares, etc. : télécharger les programmes depuis leur site officiel, donc pas forcément depuis le premier résultat de votre moteur de recherche.
  • Pour vérifier des fichiers suspects, Google propose le service VirusTotal.com (utile mais pas infaillible puisque les auteurs de virus le connaissent aussi).

Les raccourcis clavier

Il semble que contrairement à Windows XP, Windows 7 ne permette plus vraiment de raccourcis clavier personnalisés (du moins pas sans passer par un programme tiers).

Cela dit Windows 7 comporte de nombreux raccourcis, dont une sélection est par exemple sur ce site

Raccourcis généraux

  • S-<clic droit> : plus d'options que <clic droit> seul (ex: Ligne de commande ici)
  • S-F10 : clic droit (utile pour les claviers sans touche 'menu')
  • F10: options de la barre de menu
  • A-<ret> : Propriétés
  • A-SPC : menu système de la fenêtre active
  • A-S : Changement de clavier (souvent Azerty <-> Qwerty)

Déplacement / pointage de fenêtres

  • A-ESC : parcourir éléments par ordre d'ouverture
  • A-TAB : basculer entre éléments
  • C-A-TAB : idem mais avec les touches fléchées (l'ordre C-A compte!)
  • W-t : barre des tâches (fenêtres groupées par application)
  • W-fleche: déplacer fenêtre, réduire, plein écran
  • W-S-fleche :
  • W-1..9 : ouvrir (ou aller à) un programme de la barre des tâches
  • W-m : réduire tout (?)
  • W-S-m : restaurer tout (?)
  • W-d : bureau

Services

  • W-b : system tray
  • W-p : réglage pour projecteurs
  • W-PAUSE : propriétés du système
  • C-S-<esc> : gestionnaire des tâches
  • C-ESC : Menu démarrer
  • W : afficher/cacher le menu démarrer
  • W-e : explorateur de fichiers
  • W-f : recherche fichier/dossier (nouvelle fenêtre)
  • W-l : verrouillage (sans utiliser C-A-<suppr>)
  • W-r : exécuter
  • W-F1 : aide Windows (?)
  • W-u : gestionnaire d'utilitaires (?)

Dans l'explorateur

  • F4 : liste dans la barre d'adresses
  • Début Fin : afficher haut/bas de la fenêtre active
  • VNUM-* : afficher les sous-dossiers
  • VNUM-+ : afficher le contenu
  • VNUM-- : réduire le dossier
  • LEFT : réduire sélection, ou sélectionner dossier parent
  • RIGHT : développer sélection, ou sélectionner premier sous-dossier

Autres raccourcis classiques

  • S+<insertion CD>: pas d'exécution automatique
  • S+<fleche> : sélectionner
  • DEL : supprimer (et mettre une copie dans la corbeille)
  • S-DEL : suppression (sans copie dans la corbeille: beaucoup plus rapide)
  • C-S+<glissé>: créer un raccourci
  • DEL : dossier parent
  • F2 : renommer
  • F3 : rechercher fichier ou dossier
  • F4 : liste de la barre d'adresses
  • F5 : mettre à jour la fenêtre active
  • F6 : parcourir éléments de l'écran en boucle
  • F10 : activer la barre de menus
  • S-F10 : menu contextuel (équivaut S-<right-clic>)
  • F11 : plein écran
  • C-c C-x C-v : copier / couper/ coller
  • C-z : annuler

La catastrophique fonction recherche

La fonction de recherche de fichiers (C-f, ou F3) fonctionne à-peu-près pour un cas élémentaire. Mais spécifier plus de critères est malcommode et pas toujours efficace, au point de faire regretter le toutou animé qui rapportait les fichiers sous XP, voire l'ancien trombone si énervant de Windows 95.

En fait, la recherche se fait via un langage mal défini, exposé en partie sur les forums windows et msdn.

  • Les requêtes ressemblent à: <filtre>:<op><valeur> où <op>= < ~= (contient) ~! (ne contient pas) ~< (commence par) <>
  • Pour mieux vous embêter, il faut en fait traduire les mots-clef de recherche dans la langue de l'ordinateur. Et ce n'est pas documenté ... une consolation partielle est que les les mots-clefs reconnus passent en bleu.
  • <filtre> peut valoir: system.filename system.size system.kind system.datemodified system.keywords ; en français cela donne: nom taille datedemodification...
  • <valeur< peut être indiqué ainsi :
    • "mot1 mot2" : phrase exacte (pas sûr que ça marche)
    • (mot1 mot2) : mots dans l'ordre ou non
    • -mot : ne contenant pas mot
    • valeur1..valeur2 : compris entre valeur1 et valeur2 inclus
    • Unités: Gb, Kb, Mb ... sont compris par l'éditeur
  • Le panneau de configuration permet de configurer la recherche pour des raccourcis en langage "naturel": Panneau de configuration --> Apparence et personnalisation --> Options des dossiers --> Rechercher --> "Utiliser la recherche en langage naturel"; cela devrait permettre des requêtes comme expr1 AND expr2

Bidouiller le système

Un administateur système devrait toujours soupçonner les interfaces graphiques de cacher ce qu'il se passe réellement, en particulier les véritables commandes exécutées et, bien souvent, les messages d'erreur.

Le journal des événements

Accessible par Démarrer -> "Journaux des événements Windows", c'est lui qu'il faut consulter (après avoir actualisé l'affichage) pour réellement diagnostiquer un problème.

La gestion des services

Accessible par Démarrer -> "services.msc"; Si une action (comme démarrer un service) cause une erreur, ne pas se contenter de la boîte de dialogues, mais voir si le journal des événements n'a pas reçu un message plus détaillé (notamment sur les dépendances entre services).

La complexité des mots de passe

La commande net accounts donne quelques critères que doit respecter le mot (fréquence de renouvellement, seuil de verrouillage, etc.)

Mais ni cette commande ni le système ne donnent les critéres de complexité (cf superuser.com).
Donc si la consultation de secpol.msc (idée détaillée sur thewindowsclub.com) indique qu'un mot de passe complexe est demandé, cela signifie au minimum:
  • ne PAS contenir plus de deux lettres successives du nom ou du login d'utilisateur;
  • Etre au moins long de 6 caratères
  • Avoir au moins 3 des 4 catégories de caractères: majuscules (A-Z), minuscules (a-z), chiffres (0-9), caractères non-alphabétiques (!,%,#,...)

Impossible d'ouvrir une session

Une ouverture de session est parfois mystérieusement refusée cas «la méthode n'est pas autorisée sur l'ordinateur»:

En effet l'existence d'un compte d'utilisateur n'est pas tout: de nombreux paramètres Windows contrôlent qui peut ouvrir une session sur la machine, et par quel moyen. Ils sont consultables avec la politique de sécurité:

  • Exécuter `gpedit.msc
  • Aller à: "Computer Configuration" --> Windows Settings --> "Security Settings" --> "Local Policies" --> "User Rights Assignment".
  • Chercher tous les "deny log" et "allow log" (ou en Français: «Interdire l'ouverture d'une session locale» et «Permettre l'ouverture d'une session locale»)

Exemple: l'ordinateur refuse d'ouvrir une session parce que le compte est dans le groupe «invité» et ce groupe n'a pas le droit d'ouvrir une session sur le domaine local.

La mise en réseau

On se fait la main avec un «Home Group» (ou «Groupe résidentiel), une particularité de Windows 7 présentée comme un moyen simple de partager les fichiers, documents et média sur un petit réseau domestique.

Les adresses IPv6

Comme le «Home group» demande IPv6 on commence par réviser les adresses IPv6:

  • 8 groupes de 4 chiffres hexadécimaux: rrrr:tttt:uuuu:vvvv:wwww:xxxx:yyyy:zzzz
  • On peut omettre les 0 en début de groupe, sauf :0000:, abrégeable au plus une fois en ::
  • Network Address: rrrr:tttt:uuuu (région et ISP en général)
  • Subnet Address : xxxx

Quelques plages d'adressage:

  • Unicast: Global 2xxx:x:..., link-local fe8x:x:..., site-local fec0:x:...
  • Special: 0:0...:0 alias :: est comme IPv4 0.0.0.0 (unspecified), et 0:0...:1 alias ::1 est comme IPv4 127.0.0.1 (loopback)
  • Multicast: ff..:...
  • Anycast: seulement affectée aux routeurs
  • ULA (Unique Local Addressing) : fc::/7 (et en particulier FD...)
  • Subnet IPv6 : <address>/n où n est le nombre de bits à ignorer (ceux du masque)

Réseau IPv6 local

Pour rester compatible avec IPv4, on peut prendre "presque" les mêmes adresses qu'en IPv4 (Windows 7 tolère cette notation en tout cas): ::192.168.xxx.yyy et un masque de 120 bits correspondant 255.255.255.0

Paramétrer un réseau IPv6 demande de jouer aux devinettes avec les messages incomplets ou incorrectement vulgarisés de la boîte de "Propriétés" de la connexion:

  • si les options (adresses) IPv6 sont mystérieusement ignorées ou réinitialisées, il manque sans doute un service quelconque.
  • «Pas d'accès internet» : les PCs peuvent tout de même communiquer entre eux
  • «Pas d'accès réseau» : trompeur: en fait ça va pour le protocole concerné
  • Adresses IPv4 : toujours affichées
  • Adresses IPv6 : si pas affichées, cf ci-dessous pour activer IPv6 dans le registre

En fait, l'activation d'IPv6 sous Windows 7 (Professional) dépend d'une clef de registre (à laquelle les boîtes de dialogues ne se substituent pas): vérifier que la clef HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\TCPIP6\Parameters, DisabledComponents existe et vaut 0

Une fois que IPv6 est activé:

  • ipconfig devrait dédier quelques lignes aux adresses ipv6
  • Config plus avancée avec netsh ipv6 ...

Partage de répertoires

Exige le service Serveur

Home Group

Les conditions pour créer un «Home Group» sont:

  • Avoir activé IPv6 (comme ci-dessus);
  • N'avoir que des ordinateurs sous Windows 7 dans le groupe;
  • Avoir défini l'emplacement réseau comme «Domestique» ou «Résidentiel». Le terme exact dépend du menu, et le réglage n'est pas exactement là où on l'attend: «Centre réseau et partage» -> «Choisir les options de partage et de groupe résidentiel» -> «Qu'est-ce qu'un emplacement réseau?» -> «Domestique» ou «Résidentiel»

Pour que la création du groupe résidentiel ne plante pas mystérieusement en cours de route, les services nécessaires (trouvés en recoupant les essais dans services.msc et les journaux d'événements) sont:

  • "Protocole PNRP"
  • "PNRP Machine Name Publication Service"
  • "Publication des ressources de découverte de fonctions"
  • "Hôte du fournisseur de découverte de fonction"
  • "Fournisseur HomeGroup"
  • "Groupement de mise en réseau de pairs"
  • "Ecouteur HomeGroup"

Quand les services requis ont tous démarré:

  • le «Centre de réseau et partage» doit afficher un lien «Prêt à créer» en face de «Groupe résidentiel»
  • Si on suit le lien et ses indications, et si la création fonctionne, un mot de passe est produit
  • Sur les autres machines, le «Centre de réseau et partage», ce lien devient «Prêt à joindre», et cette fois-ci seul le mot de passe est demandé.

Enfin! Au vu des nombreux attrape-nigauds de la configuration d'un groupe résidentiel, on peut se demander s'il n'est pas plus simple de configurer à la place un petit réseau de style entreprise.

Deux pages web pour compléter la configuration et la résolution des problèmes ` <p://answers.microsoft.com/en-us/windows/forum/windows_7-networking/windows-cannot-create-homegroup-on-this-computer/83b21969-6711-4f1b-8cd8-8f6a43109d63?auth=1>`__ sur ces groupes résidentiels.

Pour aller plus loin

  • MSDN: MicroSoft Developper Network: documentation de référence des produits et bibliothèques Microsoft.
  • Technet: Si vous n'avez pas trouvé sur MSDN vous trouverez peut-être ici.

Dernière modification: 12 août 2016